Actualités
© Présidence de la République - J. Bonet

6 octobre 2016

C’était un 4 octobre

De mémoire de Mensuel des Maisons de Retraite, on n’avait jamais entendu un Président de la République s’exprimer sur la question du vieillissement aussi longuement, qui plus est, sous les lambris de l’Elysée.

Jacques Chirac ? Très investi sur le handicap et le cancer, il n’avait évoqué la question des personnes âgées que sous la contrainte en 2003 du drame de la canicule. Nicolas Sarkozy ? Il n’a pas eu un mot sur le vieillissement à l’exception notable de l’investissement qu’il a mis sur le dossier particulier de la maladie d’Alzheimer. Mais pour entendre un chef de l’Etat évoquer l’avenir des services d’aide à domicile, la situation des Ehpad, le sort des aidants ou l’essor de la Silver Economie, il aura fallu attendre ce 4 octobre 2016.

Au-delà de tout clivage, et qu’on aime ou qu’on exècre celui qui, selon les sondages, fédère 85% des français… contre lui, le fait est que la date du 4 octobre 2016 comptera désormais dans notre secteur.

En l’espace de deux heures, la Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Marisol Touraine, la Secrétaire d’Etat aux personnes âgées et à l’autonomie, Pascale Boistard et le Président de la République, se sont exprimés pour valoriser et mettre en perspective la loi d’adaptation de la société au vieillissement.

Et ces discours ont mis en exergue l’évolution majeure de ce quinquennat : le changement de paradigme de nos politiques publiques dans le domaine du vieillissement. Centrées auparavant sur la seule question de la dépendance et son aspect forcément anxiogène, les politiques publiques ont appréhendé depuis 2012 le vieillissement comme une opportunité. Ce changement s’est fait progressivement, en silence, mais il a profondément marqué les esprits.

Le discours de François Hollande a d’ailleurs parfaitement traduit cette nouvelle façon de parler du vieillissement. C’est la première fois qu’un Président de la République prononçait par exemple le mot de « Silver Economie ». Mais c’est la première fois aussi que le Chef de l’Etat s’investissait directement sur le sujet depuis 2012.

Ce qui, du coup, lui a permis de ramasser en une vingtaine de minutes, l’ensemble des actions menées depuis 5 ans.

  • La loi sur la pénibilité qui permet de lutter contre les inégalités sociales que l’on connaît en terme d’espérance de vie ;
  • La création d’un statut pour les aidants et la création d’un « droit au répit » et d’un « congé de proche aidant » ;
  • Le soutien à la restructuration des services d’aide à domicile et notamment la mobilisation récente de 50 millions d’euros supplémentaires pour financer le Fonds d’aide ;
  • Le renforcement de l’APA à domicile, notamment pour les plans d’aide les plus lourds ;
  • L’ouverture d’un crédit d’impôt pour les emplois à domicile pour les personnes âgées, mesure qui va coûter près d’un milliard d’euros ;
  • L’adaptation de 80.000 logements au vieillissement ;
  • La mobilisation de 1.5 milliard d’euros en direction de la médicalisation ou de la modernisation des Ehpad.

La dernière intervention de François Hollande sur le sujet, c’était en janvier 2013 devant le Congrès de l’Uniopss à Lille. Il avait alors lancé le chantier de la loi ASV. Trois et demi après, il est de nouveau intervenu, mais cette fois, pour expliquer tout ce qui a été fait durant cette période.

Il l’a fait devant tout le secteur réuni. De l’Uniopss au Synerpa, de Pascal Champvert à Yves-Jean Dupuis, de la CNSA à la DGCS, de la Fepem à Una et l’ADMR, de France Silver Eco à Silver Valley, des parlementaires aux ministres concernés, tout le monde était là. Mais au-delà du fond, au-delà du discours, pas un invité n’est reparti… sans son selfie avec le Président de la République.

Le discours complet est à lire ici


Retour aux actualités