Actualités
© lenetsnikolai - Fotolia

5 mai 2017

Télémédecine en Ehpad : l’acte que tout le monde attendait

La création, le 2 mars dernier, de l’acte de téléconsultation du médecin traitant avec l’Ehpad vient consacrer les activités de télémédecine entre le médecin traitant et les établissements. Une nouvelle qui sort définitivement la technique de sa marginalité…

Les raisons qui font que la télémédecine s’installe de plus en plus dans les Ehpad sont connues : une réglementation adaptée, des expérimentations qui ont fait leurs preuves, une vraie implication des pouvoirs publics notamment sur le plan financier… Pourtant, à écouter les professionnels, que ce soit les médecins coordonnateurs ou les médecins traitants intervenants en établissement, il fallait aller plus loin pour que la dynamique enclenchée se poursuive dans la durée. C’est désormais chose faite avec la signature le 2 mars dernier de l’avenant à la convention nationale entre l’Assurance maladie et les médecins libéraux. Celui-ci introduit en effet un acte de téléconsultation pour les 650 000 personnes résidentes en Ehpad : la téléconsultation « médecin traitant avec Ehpad » (TTE). Ce nouvel acte a pour objectif d’éviter les déplacements délicats et les hospitalisations inutiles pour les résidents les moins autonomes. Ainsi, à la demande d’un professionnel de l’établissement, le médecin traitant pourra, avec l’accord du patient, procéder à un interrogatoire dans des conditions sécurisées, recueillir les éléments cliniques avec l’aide du professionnel de santé ou analyser les mesures utiles pour apprécier la situation du patient.

Câbler le territoire

Si besoin, une prescription médicale pourra être transmise au professionnel de l’Ehpad. Cette téléconsultation sera mise en place « en cas d’aggravation soudaine, rapide et non prévue par l’état de santé du patient ne nécessitant pour autant l’intervention du centre 15 », précise l’Assurance maladie dans son communiqué de presse. Il est à noter que cet acte de TTE est valorisé à hauteur de 23 euros. Salué par nombre de professionnels, notamment les médecins coordonnateurs, ce nouvel acte devrait assurer une implication pérenne des médecins traitants autour de la télémédecine. Reste maintenant à surmonter des obstacles d’ordre plus structurels, notamment la sanctuarisation des financements des agences régionales de santé en direction des établissements sur ce thème, mais aussi un câblage partout sur le territoire permettant d’assurer des connexions dignes de ce nom, avec sur ce sujet, des sommes à consacrer autrement plus lourdes. La suite au prochain épisode ou plutôt au prochain quinquennat…


Retour aux actualités