Actualités
17 mai 2017

« Une équation tarifaire ne pourra jamais tenir compte de la réalité des situations. »

Par la voix de son Président, Claudy Jarry, la FNADEPA s’est alarmée de la manière dont la réforme de la tarification des Ehpad se met en œuvre et demande « une révision de la nouvelle équation tarifaire de la dépendance qui, en l’état, pénalise certains établissements et la qualité d’accompagnement des personnes âgées ».

S’il semble logique que la convergence tarifaire sur 7 ans bénéficie aux moins dotés, il n’est par conséquent pas tout à fait illogique que les mieux / « sur » dotés prennent leur part de l’effort… Peut-être pas satisfaisant, certes, mais pas étonnant, d’autant plus que le dispositif a été entériné il y a déjà plusieurs mois

La critique de la FNADEPA se fait en réalité plus percutante lorsqu’elle « réclame plus de transparence » sur le financement de la dépendance. Elle note en effet un désengagement des Départements en la matière, les retours de ses adhérents faisant « état d’une application disparate de la mesure, chaque conseil départemental l’interprétant à sa manière ». Résultat : un nivellement par le bas de la valeur départementale de référence, qui varie selon la fédération entre moins de 6 euros et 9 euros. Claudy Jarry dénonce à cet égard « une véritable cacophonie ».

De la convergence tarifaire à la convergence des luttes

« Les départements sont exsangues, nous le comprenons, mais nous ne saurons accepter qu’ils décident de faire des économies sur le dos de nos aînés » affirme le président de la FNADEPA, qui fait le lien avec les « fortes incitations des départements auprès des Ehpad pour qu’ils se déshabilitent de l’aide sociale ». En dénonçant « une tendance de fond d’un désengagement des départements de leurs obligations sociales et solidaires », la FNADEPA fait écho à la mobilisation de nombreuses fédérations de l’aide à domicile, qui n’ont de cesse de dénoncer le non respect de la loi ASV par certaines collectivités. Des difficultés synonymes de convergence des luttes pour les acteurs du secteur du Grand Age, en somme… et des dossiers à déminer pour le futur gouvernement.


Retour aux actualités