Actualités
11 janvier 2012

La dépendance, nouveau combat féministe ?

Ce sont elles qui sont dépendantes, et ce sont elles qui aident. La dépendance est clairement, aujourd’hui, une affaire de femmes. Mais demain ? L’Institut national des études démographiques s’interroge sur les évolutions démographiques et familiales.  

Aujourd’hui, la situation est claire : parce qu’elles vivent plus longtemps, elles ont plus de « chance » d’être dépendante. Mais parce qu’elles vivent plus longtemps aussi, et qu’elles sont souvent plus jeunes que leur conjoint, elles sont également plus seules que les hommes face aux besoins d’aide. Les femmes représentent aujourd’hui 74% des bénéficiaires de l’APA, cette proportion augmentant avec l’âge.

Elles sont aussi plus souvent aidantes ; c’est la fille dans trois quart des aides à un parent ; la femme dans 70% des aides à un conjoint. Les hommes eux, font plus souvent appel à une aide extérieure associée, et, à niveau de dépendance équivalent, ont plus souvent leur épouse placée en maison de retraite que l’inverse.

Mais les évolutions démographiques risquent de changer la donne. Les femmes vieilliront plus souvent à deux qu’avant : en 2000, chez les 85 ans et plus, les hommes vivaient 5 fois plus souvent en couple que les femmes ; en 2030, le rapport se réduira à 2,5. Ce qui fait dire à l’Ined que « les hommes de demain seront plus souvent confrontés au besoin d’aide et à la dépendance de leur conjointe » et qu’« une catégorie va aussi sans doute prendre de l’ampleur : les couples doublement dépendants ». Autre évolution notable : pour plusieurs raisons, les hommes divorcés vivant seuls et souffrant d’incapacités vont être beaucoup plus nombreux.

Bref, le paysage de la dépendance va changer. Comment se comporteront alors les femmes, potentiellement aidantes, mais beaucoup plus impliquées sur le marché du travail que leurs aînées ? Comment se comporteront les hommes pour lesquels les évolutions démographiques et sociales les conduiront à être plus souvent en position d’aidant ? Comment « la plus grande fréquence des ruptures et des nouvelles formes d’union des aidants potentiels changera-t-elle la nature des solidarités aussi bien dans les couples qu’entre les générations », interroge encore l’Ined. Et last but not least, l’aide professionnelle saura-t-elle s’articuler avec ces évolutions sociétales ?

Après le partage des taches à la maison, l’aspiration à « poste égal, salaire égal », la prise en charge de la dépendance pourrait devenir un nouveau chapitre de la quête de l’égalité homme/femme.

(1) La dépendance : aujourd’hui l’affaire des femmes, demain davantage celle des hommes ? Populations & Sociétés n°483, Ined.

Photo : © Tim – Fotolia.com 

 Téléchargeable sur www.ehpa.fr.  

 


Retour aux actualités