Actualités
© Fotolia

7 février 2013

Les personnes qualifiées aux abonnées absentes

La loi 2002-2 oblige chaque conseil général à désigner des « personnes qualifiées ». Leurs missions ? Informer et aider les personnes âgées ou handicapées en cas de conflit avec le service d’aide à domicile. Un droit des usagers plus virtuel que réel…

Recherche liste des personnes qualifiées désespérément. Pourtant, cette liste est l’un des 7 outils de la loi 2002-2. Et elle doit figurer dans le livret d’accueil. Voilà pour la théorie, mais en pratique c’est loin d’être le cas.
Selon une étude réalisée par Laurent Giroux, enseignant au Pôle universitaire d’Alençon et à l’université du Maine et consultant, « les départements ayant une liste de personnes qualifiées constituent une minorité, soit largement moins de 50 % » (étude disponible ICI).
Quand cette liste existe, il faut entreprendre un véritable parcours du combattant pour y accéder. « Une  personne  seule  ou  sans  Internet rencontrera de plus grande difficulté qu’une personne ayant toutes ses facultés, ayant les moyens de téléphoner sans aide ou de se déplacer et surtout ayant une grande patience ». Bref, les conditions idéales pour des publics fragiles…
Et quand les plus courageux ont mis la main sur cette fameuse liste, leur peine est loin d’être récompensée.  Dans certains départements, elle n’est plus à jour ou en cours de refonte. Dans d’autres cas, la liste comporte des abréviations (Clic, Coderpa) incompréhensibles pour le grand public, aucun numéro de téléphone, mail ou adresse postale.
Et quand ces personnes qualifiées existent, elles sont loin d’être qualifiées…« Une majorité a mis en lumière leur manque de formation […] ainsi qu’un manque de directives ou de consignes concernant leur mission ».
Pour mettre fin à ce droit « fantôme » des usagers, Laurent Giroux suggère d’opter pour la mise en place d’un médiateur au niveau national, avec un numéro de téléphone unique.

 


Retour aux actualités