Actualités
© Patrick Dagonnot - EHPA Presse

7 février 2013

Michèle Delaunay lève les ambiguïtés

La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie a reçu les fédérations professionnelles, le 5 janvier, pour lever les ambiguïtés sur ses récentes déclarations dans Le Parisien, notamment sur le coût des maisons de retraite, la mutualisation des directeurs d’Ehpad, ou encore le plafonnement des tarifs hébergement. Une opération séduction apparemment réussie, aux dires des têtes de réseaux, qui sont reparties rassurées sur les intentions de la ministre.

La Croix Rouge, la Fnadepa, l’Uniopss, l’Unccas, le Synerpa, la Fehap, la FHF, l’AD-PA, la Fnaqpa, la Mutualité française, la Conférence nationale des directeurs d’Ehpad. Elles étaient toutes là, toutes les organisations représentatives des établissements pour personnes âgées, rue Duquesne, au Ministère des Affaires sociales et de la santé, autour de Michèle Delaunay. Réunies notamment pour lever les ambiguïtés et les malentendus suite aux récentes sorties de la ministre des Personnes âgées et de l’Autonomie (lire notre article du 31 janvier). Et il semble que l’opération séduction ait plutôt fonctionné : « La ministre a été à l’écoute et plutôt rassurante, juge par exemple Didier Sapy, directeur de la Fnaqpa. Elle a levé les malentendus et les raccourcis qu’elle avait pu faire, dans son interview au Parisien. Elle nous a expliqué que si l’objectif était l’accessibilité financière des Ehpad et que pour cela, toutes les pistes devaient être explorées, c’était au sens large, non pas seulement sur le tarif hébergement ou la mutualisation des postes de directeurs. Michèle Delaunay a d’ailleurs expliqué qu’elle parlait plutôt de mutualisation de fonctions supports, de l’équipe de direction, comme le poste de ressources humaines, de responsable adjoint à la qualité, dont certains petits Ehpad isolés ne peuvent pas bénéficier, face aux gros établissements adossés aux services hospitaliers ou aux groupes associatifs ».

Confirmation de l’entourage de la ministre, qui répète que « l’encadrement des loyers n’est qu’une piste parmi d’autres ». Et qui prévoit, après cette « réunion exploratoire », d’autres rendez-vous avec les professionnels pour avancer sur le 3e pan de la loi sur le vieillissement en préparation, celui de l’accompagnement. Les professionnels des Ehpad ont d’ailleurs aussi, lors de cette première réunion, avancé leurs propres pistes.

Pour en savoir plus, lisez le Mensuel des Maisons de Retraite de février. Pour vous abonner, c’est ici.


Retour aux actualités