Actualités
15 juillet 2011

On ne touche toujours pas le fonds (d'urgence)

p { margin-bottom: 0.21cm; }

Mercredi 13 juillet : nouvelle réunion entre la DGCS et le Collectif des 16, réclamant à nouveau un fonds d'urgence/intervention pour les services d'aide à domicile. A l'issue de cette rencontre, un énième consensus pour dire que les choses vont mal … mais qu'il est encore et toujours urgent d'attendre.

p { margin-bottom: 0.21cm; }

En avril dernier, dans une belle tentative de bottage en touche, la DGCS avait demandé aux représentants du secteur de l'aide à domicile de fournir plus de données sur les services en crise pour justifier la demande de création d'un fonds d'intervention de 50 millions d'euros.

C'est chose faite, désormais. Le collectif des 16 a fait remonter, lors de cette réunion du 13 juillet, le résultat des indicateurs fixés par la DGCS. Et les chiffres confirment ce qu'on savait déjà : entre 2008 et 2010, les fonds propres de la branche ont fondu de 55%; les déficits, eux, ont grimpé à 110 millions d'euros. Au niveau de l'emploi, 8 700 postes ont été supprimés en 2010, soit 3,95% du personnel de ce secteur d'activité. Et, depuis avril, ce serait à nouveau 2 400 salariés dont l'emploi serait menacé !

Pourtant, pas question pour l'heure de prendre des mesures concrètes. Mais les assauts répétés des représentants des services d'aide contre la forteresse étatique semblent toutefois commencer à porter leurs fruits. Ainsi, le 27 juin, à l'occasion d'une rencontre avec l'association des journalistes de l'information sociale (Ajis), Roselyne Bachelot a pour la première fois évoqué la mise en place d'une « aide concrète » pour les services, d'ici la rentrée.

Cette « aide » pourrait toutefois être conditionnée à un certains nombre de critères pour s'assurer que « chaque euro est bien dépensé », selon la formule de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Wait and see.

Légende photo : Hugues Vidor, Directeur général d'Adessadomicile


Retour aux actualités