Actualités
© Crédit Photo : Valérie Lespez - EHPA Presse

24 janvier 2013

Parcours de santé : top départ à Paris !

L’ARS d’Ile-de-France vient de signer un « contrat de territoire » avec cinq partenaires, pour mettre en place les fameux parcours de santé pour les personnes âgées.

Prendre en charge les personnes âgées, non pas en fonction du lieu où elles vivent, mais en fonction de leurs besoins, au gré de l’évolution de leur état de santé. C’est le principe des parcours de santé, la nouvelle marotte des pouvoirs publics. Un principe qui nécessite que sanitaire, social et médico-social travaillent main dans la main, grâce à une nouvelle organisation.
 
L’ARS d’Ile-de-France est la première à se lancer dans le grand bain, avec ce « contrat de territoire » signé en grande pompe le 21 janvier, en présence de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine et de sa ministre déléguée, Michèle Delaunay, avec six partenaires : le département de Paris, la Cpam de Paris, l’AP-HP, le réseau Santé Paris Nord, le Centre d’action sociale de la Ville de Paris et l’Union Retraite Action au titre du Clic Paris Émeraude. Tout ce beau monde au service d’une même population : les 40 000 personnes âgées de 75 ans et plus des 9e, 10e et 19e arrondissements de Paris. Ces arrondissements correspondent déjà aux périmètres d’intervention de la filière gériatrique des hôpitaux de l’AP-HP de ces quartiers, du réseau Santé Paris Nord et du Clic Émeraude Nord-est.

Ce contrat, qui indique dans le détail, la méthode, les processus mis en place, les référents pour chaque mesure, le calendrier, les résultats attendus, est décliné en trois axes principaux : construire et animer le contrat de territoire, évidemment ; réduire les recours inopportuns aux dispositifs d’urgence ; mettre en œuvre un programme spécifique pour les personnes âgées de 75 ans et plus atteintes d’insuffisance cardiaque. Pour chaque axe, ensuite, une multitude de sous-mesures déclinées en « feuilles de route opérationnelles », dont certaines concernent très directement les professionnels des Ehpad et du domicile : pour les premiers, « assurer la qualité de la prise en charge en structures d’hébergement » vise notamment à mieux mobiliser les médecins traitants, ou à organiser le recours à du personnel soignant de garde mutualisé ; pour les  seconds, « assurer le suivi médical et l’accompagnement à domicile » vise à accroitre la réactivité dans les mises en place des aides et services à domicile, renforcer la coordination ville-hôpital et favoriser la mise en place d’outils communs et a par exemple comme « sous-action », d’« améliorer l’organisation des sorties d’hôpital en semaine et le week-end ».

Le contrat de territoire est signé pour trois ans. Pour faire leur bilan, les partenaires s’appuieront sur des indicateurs de résultats, dont notamment le taux de recours aux urgences pour les personnes de 75 ans et plus, la part des hospitalisations de cette population en provenance du domicile et des Ehpad sans passer par les urgences, etc.

Pour lire le contrat de territoire signé entre l’ARS et ses partenaires, c’est ici.

Pour en savoir plus, lisez le Mensuel des Maisons de Retraite de janvier, et le Journal du Domicile de février. Pour vous abonner, c’est ici)

 


Retour aux actualités