Actualités
© Marie Pragout - EHPA Presse

10 octobre 2013

Suicide : Monalisa n’a pas dit son dernier mot

Un mois après la création par Marisol Touraine de l’Observatoire national du suicide, la ministre déléguée aux Personnes âgées entend bien conserver la maîtrise du dossier... et annonce une subvention de 784 000 euros pour son programme Monalisa.

La ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie a fait de la lutte contre le suicide des âgés son cheval de bataille depuis le lancement de Monalisa (Mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées) fin 2012 et entend bien conserver sa mainmise sur le dossier.

Alors que la ministre des Affaires sociales et de la Santé a lancé l’Observatoire du suicide le 10 septembre dernier, Michèle Delaunay envoyait un communiqué de presse quelques heures plus tard pour rappeler son œuvre, Monalisa, contre le suicide des personnes âgées.

Peu d’annonces concrètes hormis une subvention à Monalisa

Au programme de la conférence de presse qui s’est ensuivi, le 8 octobre dernier, peu d’annonces concrètes hormis le déblocage de 784 000 euros de crédits par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie), pour le lancement opérationnel de Monalisa.

D’après l’épouse du Premier ministre Brigitte Ayrault, qui parraine le projet, « cette subvention permettra de mettre en place une structure nationale, trois permanents et d’appuyer quelques départements avec des référents locaux ». Parmi les départements tests cités : le Gard, le Lot, le Nord, la Gironde, le Val de Marne, la Creuse, la Nièvre et la Moselle.

Monalisa s’inspire de chaînes de solidarité mises en place au Danemark. Le principe : développer les relations informelles de voisinage et d’entraide grâce à des bénévoles s’appuyant sur des associations ou structures telles que l’Agence nationale du service civique.

A terme, ce plan d’action devrait être généralisé au niveau national et figurer dans la future loi sur la perte d’autonomie, prévue pour 2014, a affirmé la ministre.

D’après le rapport du Comité national pour la bientraitance et les droits des personnes âgées et handicapées (CNBD), remis à la ministre le 8 octobre, “Les personnes âgées de plus de 65 ans représentent la tranche de la population la plus à risque de décès par suicide, en particulier lorsqu’elles sont déprimées“.

On dénombre environ 3.000 suicides par an chez les plus de 65 ans, qui représentent 20% de la population mais 28% des suicides.


Retour aux actualités